Les dépenses 2014 à la loupe

En hausse de 4,2% par rapport à 2013, ce budget de 1,4 milliards d'euros est marqué par la priorité donnée, comme l'an passé, à l’investissement pour maintenir le dynamisme de la Bretagne dans la crise, autour de trois orientations : performance, compétitivité et attractivité. Découvrez les dépenses 2014 de ce budget structuré en missions.


 

Transport et mobilité 377,4 M€ (33 %)

Deuxième poste budgétaire de la collectivité désormais (plus du quart de ses dépenses), le budget régional dédié aux transports sera marquée par le pic d’investissement lié au projet de ligne à grande vitesse (150 M€), mais les TER et la RN 164 ne sont pas en reste.

Le chantier Bretagne à grande vitesse avance  

La fin des opérations de terrassement programmé pour la fin du premier semestre 2014 permettra l’aménagement de la voie et la pose des rails : les travaux de la ligne à grande vitesse battent leur plein et avancent selon le calendrier prévu pour une mise en service en 2017 ! Ils atteignent cette année pic d’investissement prévu sur l’ensemble du projet (150 M€), appelé à décroître dans les années à venir.

Simultanément, les travaux sur les portions Rennes-Brest et Rennes-Quimper et dans les gares bretonnes se poursuivent dans la perspective d’un temps de parcours de 3h entre Paris et le pointe bretonne. La deuxième phase du projet se concrétise avec le lancement confirmé du débat public sur les lignes nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire (LNO BPL) en 2014.

De nouveaux matériels TER pour éviter la saturation

Sur le réseau TER, le trafic voyageurs se stabilise (+ 0,7 %). Commandées l’an passé, les nouvelles rames TER à deux étages seront livrées en 2014, à partir du mois de mai. S’ajoutant à deux rames ZTER acquises auprès de la Région Aquitaine, elles répondront à la saturation sur certaines lignes.  A noter : la  prolongation de la convention TER avec la SNCF pour quatre ans (2014-2017) et pour un montant de 390 M€.

Coup d’accélérateur sur la mise à 2x2 voies de la RN 164

Le Pacte d’avenir pour la Bretagne a enfin permis de matérialiser les engagements de l’Etat pour financer l’achèvement des travaux de la RN 164. La Région, qui les cofinance à hauteur de 50%, veillera à ce que ces engagements soient respectés dans les temps. Elle y consacrera 16 M€ en 2014, en hausse de 14 % par rapport à 2013.

Une nouvelle ambition régionale pour la logistique

Dans le cadre de son nouveau plan logistique, la Région favorisera la création de nouvelles offres de transport multimodal en Bretagne. Elle poursuivra aussi son dispositif d’aide à l’acquisition de matériel de transport combiné rail-route pour répondre aux besoins de l’économie bretonne, tributaire de sa situation géographique péninsulaire.

Le projet sur le port de commerce de Brest se concrétise

Après la phase d’étude conduite en 2013, ce grand projet régional entre, en 2014, dans sa phase d’instruction avec la tenue d’une enquête publique pour débuter des travaux dès 2015. Les places de Lorient et  Saint-Malo ne sont pas oubliées : après avoir augmenté les capacités du port de commerce de Lorient en 2013, la Région entreprend cette année, l’aménagement de l’avant-port de pêche de Saint-Malo.


 

Aménagement du territoire et solidarité 80,1 M€ (7 %)

Mise en chantier du projet « Bretagne Très haut débit »

En 2014, le projet « Bretagne Très Haut Débit » (qui vise à développer un réseau en fibre optique très haut débit en  partout en Bretagne) sera mise en chantier par l’opérateur unique e-Megalis pour les collectivités bretonnes :

  • En 2014 et 2015, 180 opérations de montée en débit lancées fin 2013 seront réalisées au rythme de 40 par mois.
    - Quatre villes moyennes seront couvertes en intégralité par la fibre optique, A l’issue de cette première phase : Carhaix-Plouguer (Finistère), Auray (Morbihan),Lamballe (Côtes d’Armor) et Redon (Ille-et-Vilaine). Une deuxième phase sera démarrée en même temps
    - Des zones plus rurales, réparties sur tout le territoire, seront aussi équipées en fibre optique avec une desserte  en nombre de locaux identique à celle des quatre villes moyennes
  • Une deuxième tranche de travaux sera lancée  avant même l’achèvement de la première.  Elle sera  financée par l’Europe, l’Etat, la Région, les Départements et les EPCI.

La technologie au service du partage de la connaissance

  •  Une meilleure connaissance de la Bretagne pour  un développement durable
    Pour mieux connaître son territoire, la Région travaillera en 2014 à développer la connaissance de la Bretagne, en s’appuyant sur les observatoires thématiques existants. Objectif : anticiper le développement durable de la Bretagne.
  • Des espaces numériques de la connaissance (ENC)
    Par sa politique numérique, la Région mobilise les technologies nouvelles au service de projets importants pour la Bretagne. La concrétisation, en 2014, des espaces numériques de la connaissance (ENC) permettra d’améliorer l’accès et le partage des connaissances sur la Bretagne.

Poursuite de la démarche Bretagne 2030

L’année 2013 aura été riche en débats, dans chacun des 21 pays et plus largement, auprès des Bretonnes et des Bretons, dans le cadre de la démarche «Bretagne 2030». En 2014, la Région tirera les enseignements de toutes ces réflexions.

De nouveaux contrats de partenariat avec les pays

Pour chacun des 21 pays et pour les îles du Ponant, des contrats  du contrat de partenariat sur six ans avec la Région seront signés autour de priorités partagées de développement. Ces contrats se déclineront dans des projets locaux concrets , associant élus et société civile. La Région l’innovation des territoires, notamment en matière d’usages numériques


 

Emploi, développement économique et innovation 87,2 M€ (8%)

Le bugdet 2014 sera marqué à la fois, en matière économique,  par la mise en œuvre du « Pacte d’avenir pour la Bretagne » (combinant mesures d’urgence et dynamiques d’avenir) et de la glaz-économie, nouvelle stratégie de développement économique, d’innovation et de l’international. L’action portera sur deux objectifs renouvelés : d’une part, accompagner les entreprises pour sortir de la crise et gagner en compétitivité et d’autre part, se préparer à l’économie de demain en valorisant les ressources matérielles et immatérielles de la Bretagne : la mer, la terre et ses productions, sa matière grise et ses valeurs humaines.

Un soutien à l’innovation des entreprises

L’effort de soutien à l’innovation des entreprises passera en 2014 par une évolution de l’ensemble de l’écosystème de l’innovation :

  • Nouveaux contrats de performance avec les trois pôles de compétitivité bretons (Images & Réseaux, Valorial et Mer Bretagne Atlantique) avec  des projets d'innovation concrets attendus dans les territoires
  • Recentrage des centres d’innovation technologique sur leur cœur de métier (avec comme  priorité de structurer la filière santé et de renforcer la filière biotechnologies)

Compétitivité, innovation et développement à l’international

Les structures associées à la Région - BDI (Bretagne Développement Innovation) et BCI (Bretagne Commerce International) - poursuivront la mise en œuvre de la glaz-économie (32 M€ )

Une plateforme de financement unique pour les entreprises

Le travail avec Bpifrance se poursuivra pour mettre en place une plate-forme unique facilitant l’accès aux financements des entrepreneurs. Un effort commun portera aussi sur le renforcement et la création d’outils de financement nécessaire aux entreprises. L’évolution du dispositif « Prêt Participatif de Développement » pour s’ouvrir aux entreprises de taille intermédiaire- (ETI), en ciblant notamment le secteur des IAA, est une illustration récente de ce travail.

La Bretagne, partenaire des 11 plans industriels

Le Conseil régional s’inscrira pleinement dans la nouvelle politique industrielle du gouvernement en se positionnant comme partenaire de 11 plans industriels et sur le plan « usine du futur », piloté par l’Association des Régions de France.

Priorité à l’économie sociale et solidaire

L’accompagnement de l’économie sociale et solidaire reste par ailleurs une priorité : un budget de plus de 5 M€ lui est consacré.

Un développement durable de l’agriculture et de l’agroalimentaire

En augmentation de 1 M€, le budget agri-agro 2014 ( 18,3 M€) permettra une mise en œuvre immédiate du plan agricole et agroalimentaire (co-financé par le fonds européen FEADER 2014-2020, transféré et géré pour la première fois par la Région). Il prévoit :

  • La poursuite de  l’action en faveur de l’installation, des économies d’énergie dans les élevages et de la méthanisation,  de l’agriculture bio, herbagère et sous signes de qualité
  • Le lancement de nouvelles mesures : un programme de modernisation des bâtiments d’élevage, une nouvelle génération du programme Breizh Bocage, une aide aux premiers groupes d’agriculteurs qui s’engageront pour une agriculture écologiquement performante (AEP).

Valoriser les atouts maritimes de la Bretagne

  •  Moderniser la pêche et l’aquaculture
    Modernisation des ports de pêche et des bateaux, accompagnement d’une pêche et d’une aquaculture durables, sécurité maritime, promotion des métiers de la mer, gestion intégrée des zones côtières restent les priorités de 2014. Un budget de 8,6 M€ est dévolu à la mer et à la pêche où l’action de la Région sera en partie conditionnée par le futur fonds européen FEAMP  (dont certaines mesures pourraient être gérées par la Région).
  • Planifier l’installation des énergies marines
    Un travail inédit de planification de l’ensemble de l’espace maritime breton sera mené. Il facilitera notamment la définition de zones favorables à l’installation d’énergies marines en collaboration avec l’Etat.

 

Formation tout au long de la vie et sécurisation des parcours 113,9 M€ (20%)

Faciliter l’accès à une qualification pour les personnes les plus fragiles, notamment les jeunes, en évitant les ruptures de parcours ou encore d’accompagner les personnes visant une reconversion : le budget 2014 reflète cet enjeu central.

Du conseil à l'acquisition d'une qualification

Pour faire face la dégradation de la situation de l'emploi en Bretagne, la politique régionale de formation se mobilise :  plateforme d’orientation professionnelle, révision des compétences de base, accès à une offre pré-qualifiante et qualifiante, aides individuelles pour des projets de formation (chèque formation, chèque force, chèque reconversion).

Accompagner davantage de demandeurs d'emploi 

Pour mieux accompagner les demandeurs d'emploi, le budget 2014 permet le financement de 500 places de formation supplémentaires (3,6 M€), la prise en charge du Contrat d’Accès à la Qualification pour les moins de 26 ans et la poursuite du dispositif chèque reconversion.

Un service public régional de l’orientation expérimenté

La Région fait partie des huit Régions qui  testent la mise en place d'un Service Public Régional de l’Orientation, voulu par le Gouvernement. Ce nouveau service public pour guider les usagers dans leur volonté d’évoluer dans leur carrière et de renforcer leurs compétences professionnelles.

Faire progresser l'égalité professionnelle partout

Dans l’objectif d’une diffusion large de la culture de l’égalité, la Région a engagé des actions fortes pour favoriser l’égalité professionnelle dans les lycées, les centres de formation et les entreprises. La 4e Biennale de l’égalité, événement public inédit organisé en mai à Lorient, sera l’occasion de valoriser et de faire connaître toutes les initiatives conduites en Bretagne dans ce domaine.


 

Une éducation ouverte sur l'avenir et le monde 395,2 M€ (34%)

Nouvelle responsabilité régionale sur la carte des formations

La loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, dite loi Peillon, a élargi le périmètre des responsabilités régionales en matière éducative. La carte des formations initiales et professionnelles en lycée est désormais arrêtée par la Région. De même, l’avis de la collectivité sur les évolutions de la carte des enseignements généraux et technologiques est requis. Dans le champ du numérique à l’école, l'intervention de la Région est aussi plus étendu.

Ces nouvelles responsabilités sur les formations initiales de 140 000 lycéens, 18 500 apprentis et
6 000 étudiants des secteurs paramédicaux et sociaux, permettront à la Région d’améliorer la cohérence de la carte des formations et d’assurer une meilleure articulation du «bac -3, bac +3 »
que ce soit dans les lycées -réseaux public et privé confondus-, les CFA ou les écoles et instituts de formations paramédicales et sociales.

Accès à la formation pour tous 

  • La qualification pour tous
    La Région poursuit ses efforts pour que tout jeune Breton puisse accéder à une première qualification, réussir son parcours et élever au maximum son niveau de formation. Ainsi pour les publics les plus fragiles, la Région veillera, avec les autorités académiques, au maintien et à la bonne articulation des formations de niveau V (CAP) et IV (Bac Pro).
  • Des aides aux familles
    Dans un contexte économique difficile, les coûts liés à la scolarité peuvent représenter une charge lourde pour les jeunes des familles les moins favorisées. En réponse, la Région maintiendra sa politique d’aides à destination des jeunes, étudiants des formations sanitaires et sociales, lycéens professionnels et apprentis.

PPI : adapter les capacités d'accueil aux évolutions démographiques

L’exécution du programme prévisionnel des investissements (PPI) des lycées 2010-2014  prendra en compte les évolutions démographiques des effectifs lycéens : leur progression globale  serait +10 700 lycéens en 2021 par rapport à 2011, en particulier sur l’agglomération rennaise et sa première couronne (+3 700 élèves à l’horizon 2025).

  • Le territoire rennais
    Le travail mené pour optimiser les places existantes dans les lycées rennais et les investissements immobiliers réalisés pour améliorer les capacités d’accueil se poursuivront en 2014, notamment dans les établissements de Bain de Bretagne et Montfort sur Meu. En parallèle, sera évalué dans quelle partie du territoire rennais il serait le plus opportun de disposer d’un nouveau lycée.
  • Le pays de Ploërmel, où sera construit un lycée public à horizon 2018-2019, devra quant à lui absorber plus de 40% de la croissance des effectifs du Morbihan.
  • Le pays de Saint-Brieuc, et en particulier le lycée Henri Avril de Lamballe, devraient aussi voir leur population lycéenne augmenter substantiellement.

Agents techniques et performance énergétique

Au-delà du nécessaire développement des capacités d’accueil des lycées, la Région va poursuivre en 2014 ses actions destinées à en améliorer le confort et la performance. Les opérations du PPI privilégient les projets qui permettent réduction des consommations énergétiques et recours à des ressources renouvelables.

Dans le même temps, la mise en œuvre de la loi Peillon nécessitera l’ajustement des dotations en personnels techniques. Le déploiement des équipes techniques mobiles (EMAT), la mutualisation des services de blanchisserie des lycées, la prise en compte des besoins en agents d’accueil et les nouvelles responsabilités en matière de numérique, seront conduites « en dialogue de gestion » avec les lycées concernés, pour organiser l’exercice de ces nouvelles missions transférées par l’Etat aux Régions.

Matériels pédagogiques et usages numériques

Concernant les équipements pédagogiques, un effort très important sera réalisé en 2014 pour poursuivre l’équipement en matériels numériques afin de favoriser, dans les lycées, l’accès aux nouveaux usages et ressources numériques, un des axes prioritaires de la loi Peillon. Sur ce volet, la politique de maintenance des matériels sera définie en 2014 en concertation avec les partenaires académiques, dans l’objectif de mutualiser les savoir-faire et ressources existantes.

Enseignement supérieur et recherche : stratégie et perspectives

  • Le déploiement du schéma régional pour l'enseignement supérieure et la recherche
    L’année 2013 a été marquée par l’adoption d’un schéma régional et d’une stratégie de « smart spécialisation » (S3), guidées par les mêmes priorités, en matière d’innovation, que la SRDEII ou glaz-économie. Ce schéma sera déployé cette année  notamment avec l’UEB, Université européenne de Bretagne, l’évolution du PRES en CUE (Communauté d’universités et d’établissements), le c@mpus numérique, qui  sera opérationnel dès la rentrée 2014.
  • La réponse, dans une optique interrégionale, au nouvel appel à projets IDEX, annoncé par le Président de la République dans le cadre des Investissements d’avenir, sera aussi une priorité.
  • Le travail de coordination régionale des différents centres de culture scientifique, technique et industrielle présents en Bretagne sera aussi poursuivi en 2014 : la valorisation de cette culture scientifique est un des socles de toute politique industrielle.

Favoriser l’apprentissage de 18 500 jeunes

La voie de l’apprentissage présente un double atout : véritable filière de qualification et d’insertion professionnelle, elle apporte aussi une réponse aux mutations économiques et sociétales de la Bretagne.

  • Le maintien de l'intervention régionale pour les entreprises de 0 à 20 salariés
    Des nouvelles modalités de soutien aux employeurs d’apprentis ont été arrêtées par l’Etat pour 2014. Dans ce cadre budgétaire contraint, la Région entend maintenir son intervention en direction des entreprises de 0 à 20 salariés employant des apprentis, et ses aides à la mixité et à l’insertion.
  • La démarche de progrès innovante « Bretagne Qualité Apprentissage »
    La Région confirme la démarche de progrès innovante « Bretagne Qualité Apprentissage » (BQA) engagée avec les CFA au profit des jeunes. L’enjeu : améliorer l’offre pédagogique, favoriser l’insertion durable de l’apprenti en entreprise, élever le niveau de formation. La mise en œuvre de cette démarche qualité fait aussi l’objet d’un dialogue renouvelé avec les branches professionnelles et les représentants d’employeurs autour d’un socle commun : accueil, accompagnement et insertion (AAI).
  • Les aides versées aux apprentis (équipement professionnel, transport, restauration, hébergement) sont intégralement maintenues.

Des formations sanitaires et sociales répondant aux besoins de la population 

  •  La mise en œuvre du Contrat d’Objectif Emploi-Formation du secteur sanitaire, social et médico-social, (signé en 2013 entre l’Etat, l’Agence régionale de santé, la Région, les quatre Départements bretons et les branches professionnelles du secteur pour 2013-2015) sera l’axe fort de cette année 2014. Il permettra notamment d’adapter l’offre de formation au regard des évolutions démographiques.
  • Vigilance sur les reformes relatives à l’« universitarisation » des formations. Si le financement apporté par la Région aux instituts de formations sanitaire et sociale est maîtrisé dans le cadre d’un dialogue de gestion constructif, une vigilance particulière sera portée sur les effets des reformes relatives à l’« universitarisation » des formations.

Projets éducatifs et mobilité internationale des jeunes

  • Le dispositif de mobilité individuelle "Jeunes à l'international" a été revu en mai 2013. Sur l’année scolaire en cours, 2 500 bourses seront allouées aux lycéens et étudiants. Une réflexion globale sur la mobilité collective sera lancée cette année, tandis que seront révisées les modalités relatives à la mobilité des apprentis.
  • Les démarches éducatives portées par Karta Bretagne et le Conseil régional des jeunes lycéens et apprentis de Bretagne (CRJ) sont, par ailleurs, poursuivies en 2014.

Développer les langues de Bretagne

  • La Région affiche clairement sa volonté de développer les langues de Bretagne autour de deux priorités : la transmission des langues et leur présence dans la vie de tous les jours.
  • La convention spécifique sur les langues de Bretagne inscrite dans le Pacte d’avenir pour la Bretagne sera élaborée en 201. En cohérence avec les dispositifs existants comme Skoazell et Desk/enseignement, elle portera sur le renforcement de l’enseignement bilingue, la formation et le recrutement d’enseignants en langue bretonne et sur le développement de l’usage du breton et du gallo dans la vie quotidienne (communication et signalétique régionale).

 

Environnement 22,6 M€ (2%)

Envisagé comme un  atout pour le développement durable de la Bretagne, l’environnement fait l’objet d’une politique régionale de préservation et de valorisation à la croisée des questions d’aménagement du territoire, de qualité de vie et de croissance économique. La Région nourrit l’ambition d’être « éco pionnière », en répondant aux enjeux climatiques, au défi de la qualité de l’eau et des questions foncières et en prenant en compte, dans un contexte de transition énergétique, la croissance verte, l’émergence de nouveaux secteurs et l’apparition de nouveaux modèles économiques comme l’économie bleue ou l’économie circulaire.

La création d’une conférence bretonne de l’eau

Une Conférence bretonne de l’eau sera installée en avril prochain pour améliorer la gestion de l’eau avec tous les acteurs de l’eau, à l’échelle pertinente du bassin hydrographique régional.  L’objectif est d’organiser la gouvernance de l’eau dans l’espace régional et au sein des différents territoires, en associant les financeurs et les acteurs de la gestion intégrée (Commissions Locales de l’Eau et structures de Bassins versants) dans une démarche de meilleure efficience des moyens publics investis, d’une part, et de simplification administrative, d’autre part.

Le bon état écologique des 2/3 des masses d’eau en 2015
A l’heure actuelle, un tiers des masses d’eau du territoire breton a atteint un bon état écologique, alors que l’objectif fixé par l’Europe est de deux tiers à horizon 2015 (un chiffre recouvrant des situations très disparates d’un territoire à l’autre). Mais il y a  une nécessité collective à améliorer les résultats obtenus dans le cadre du schéma directeur d’aménagement et de gestion des Eaux (Sdage).

La prise en compte des enjeux climatiques

  • Objectifs volontaristes en faveur du climat
    La Région s'investit pour lutter contre le changement climatique sur son territoire.
  • Le Schéma régional climat air énergie (SRCAE), adopté en décembre 2013, a identifié les enjeux majeurs auxquels la Bretagne doit répondre. Il fixe un cap volontariste : à horizon 2050, multiplier par 5 la production issue de sources renouvelables et baisser de 52% nos émissions de gaz à effet de serre.
  • Mobilisation des  politiques régionales pour  la transition énergétique
    Pour cela, la Région coordonne l’ensemble de ses politiques vers la transition énergétique : en matière d’agriculture (soutien à la méthanisation, filière bois…), de transport (développement des TER) ou dans ses propres lycées (rénovation et isolation, panneaux photovoltaïques…). Elle accompagne également les territoires dans la définition de leurs Plans Climat-Energie Territoriaux.

Du Pacte électrique au Pacte énergétique et climatique breton

  • Les trois piliers. La mise en œuvre du Pacte électrique breton se poursuivra en 2014 en s’appuyant sur ses trois piliers complémentaires : maîtrise de la demande en énergie, développement des énergies renouvelables et sécurisation de l’approvisionnement énergétique.
  • Le soutien aux énergies renouvelables se poursuit : éolien terrestre, solaire, biomasse. Dans le Pacte d’Avenir, la Région et l’Etat se sont fixé un objectif de 25 à 30 méthaniseurs agricoles par an. Concernant les énergies marines, les travaux du Port de Brest ont déjà démarré pour accueillir les industriels sur un polder de 42ha.
  • Un réseau électrique plus intelligent pour maîtriser la consommation
    En termes de sécurité de l’approvisionnement, les smart-grids et le stockage de l’énergie seront les grands chantiers de 2014, pour rendre le réseau électrique plus intelligent.
  • Le Plan bâtiment durable breton, élaboré avec près de 400 partenaires, sera lancé à l’échelle régionale en avril 2014. Via des actions très concrètes, il a pour objectif de relancer l’activité du bâtiment par la rénovation tout en diminuant la facture énergétique des ménages.
  • Un appel à projets avec l’ADEME sera lancé pour soutenir les territoires qui développent des plateformes d’accompagnement des particuliers. Leurs missions : élaborer un diagnostic, faciliter la rencontre avec des entreprises formées, décrypter les devis, monter un plan de financement, etc.

Patrimoine naturel  et aménagement du territoire

Au-delà de la gestion de l’eau et de la politique énergétique, le foncier et le patrimoine naturel breton demeurent des priorités régionales : la préservation de la ressource foncière se fera en lien avec la politique territoriale et la nouvelle génération des contrats de partenariat avec les Pays, tandis que se poursuivront des opérations de mise en valeur des éléments de patrimoine naturel et de biodiversité du territoire


 

Culture, sport, tourisme et patrimoine 57,5 M€ (5%)

Culture : vers une délégation de compétence 

  • Une  convention spécifique sur la culture
    La convention spécifique sur la culture prévue dans le Pacte d’avenir pour la Bretagne) sera élaborée pour la période 2014-2020. Elle reposera sur une délégation de compétence, soit une gouvernance partagée entre l’Etat et le Conseil régional associant les autres collectivités territoriales.
  •  Des priorités : Patrimoine culturel immatériel, pratiques amateurs
    L’attention portée au patrimoine culturel immatériel et aux pratiques amateurs sera confortée par les renouvellements en cours des conventions des grandes fédérations ainsi que par l’ouverture du portail des cultures de Bretagne, piloté par l’association Bretagne Culture Diversité.
    A noter que les pratiques culturelles populaires bénéficieront d’un accompagnement attentif.
  • « Spectacle vivant en Bretagne »  au service des équipes artistiques régionales
    Cet établissement désormais pleinement opérationnel, sera le fer de lance des équipes artistiques régionales pour développer leur diffusion hors de Bretagne.
  • Accompagner l’audiovisuel breton
    - Un
    nouveau dispositif de soutien à la coproduction associée sera expérimenté afin de mieux accompagner le développement des entreprises cinématographiques bretonnes .
    - La réflexion sur une
    offre audiovisuelle régionalisée, inscrite au Pacte d’avenir, sera poursuivie en lien étroit avec les multiples opérateurs du secteur en région.
  •  Le Conseil culturel de Bretagne verra son fonctionnement consolidé par un renforcement de ses compétences qui permettront la mise en œuvre d’études destinées à éclairer l’assemblée dans ses avis et contributions.

 

Sport : pratique amateur et compétition de haut niveau 

La Région va poursuivre en 2014 une politique sportive volontariste (budget de 9,3 M€) pour développer le sport en région. L’objectif est d’encourager la pratique sportive et de loisirs pour tous, de stimuler et soutenir le sport de haut niveau et de diffuser une identité sportive bretonne à travers le territoire régional, national, voire international.

  • L’installation du campus de l’excellence sportive à Rennes et Brest
    Après trois années d’exercice, le GIP Campus de l’Excellence Sportive vient d’être conforté. Les travaux à Dinard débuteront cette année, le projet d’installation d’un site à Rennes est lancé ainsi qu’une antenne à Brest.
  • Le Conseil du sport
    La concertation avec les différents acteurs du sport se poursuit à travers le Conseil du sport qui permet ainsi la bonne adéquation des dispositifs régionaux aux besoins exprimés par les partenaires.

 

Tourisme et patrimoine

Inscrits dans la vie quotidienne des territoires, le tourisme et le patrimoine représentent pour le Conseil régional, des enjeux d’avenir pour la Bretagne, du point de vue de l’attractivité mais aussi de la création d’emplois durables.

  • Vingt-deux chantiers en faveur du tourisme
    2014 verra la pleine mise en œuvre des 22 chantiers priorisés par le schéma régional du tourisme. Deux d’entre eux, particulièrement importants, sont en cours de finalisation
    - La mise en place des 11 Destinations touristiques de Bretagne 
    - La stratégie marketing et de communication partagée par la Bretagne.
  • Deux nouveaux sujets pour le patrimoine
    Au titre de sa politique en faveur du patrimoine, le Conseil régional développera deux sujets nouveaux :
    - Le
    patrimoine maritime et littoral
    - L’attractivité et le rayonnement du patrimoine pour la Bretagne.

 

Europe et international 3,1 M€ (1%)

Une gestion directe des fonds européens à partir de 2014

 La Région va tenir, pour la première fois, une place centrale dans la gestion des fonds européens  : elle gérera directement l’ensemble des quatre fonds européens - Feder, FSE, Feader, Feamp - en Bretagne : à partir de cette année,  près de 750 M€ seront gérés directement par la Région sur un total de plus 850 M€. Sans compter les cofinancements de la Région, de l’Etat, des départements… C'est le développement de la Bretagne dans les sept prochaines années qui se décide aujourd’hui.

La nouvelle génération de fonds européens 2014-2020
En 2014, le travail de préparation de la nouvelle génération de fonds européens 2014-2020 sera achevé, en concertation avec les acteurs des territoires : rédaction des programmes opérationnels, maquettes financières, coordination des co-financeurs, transfert de personnel, organisation interne.

 

Infographie "Les dépenses de la Région 2014" (les chiffres)

- Aménagement du territoire et transports : 32 %
Contrat de partenariat avec les pays et les îles, Bretagne très haut débit, Bretagne à grande vitesse, trains régionaux, ports et aéroports, voies navigables, routes.  

- Emploi, formation et recherche : 28 %
Renforcement de la compétitivité (financement de l'innovation, soutien à l'agriculture, l'agroalimentaire et la pêche...), apprentissage, formation professionnelle, enseignement supérieur et recherche, formations sanitaires et sociales.

- Lycées : 20%
Modernisation des lycées, équipement et fonctionnement, vie lycéenne (restauration, hébergement...)

- Qualité de vie : 8%
Culture, sport, tourisme et patrimoine, environnement et énergie, soutien au langues régionales, santé.

- Autres dépenses : 12 %

Europe et international, Administration, service de la dette, gestion des crédits européens


Modifié le